Toi

Zoran Drvenkar – Traduit de l’allemand par Corinna Gepnenouvautes0

Editions Sonatine – 567 pages

 

toi-zoran-drvenkar-9782355841668.gif

Nous avons beau aspirer à la lumière, nous avons besoin de l’ombre. Le désir qui nous fait rechercher l’harmonie nous pousse aussi, dans un obscur recoin de notre coeur, vers le chaos. Un chaos tout relatif, nous ne sommes pas des barbares. Pourtant, c’est bien ce que nous devenons dès que notre monde déraille. Le chaos est toujours à l’affût.

 

 

 

Tu es à Berlin, aujourd »hui. Tu t’apprêtes à rencontrer une galerie de personnages que tu n’es pas prêt d’oublier. A commencer par le groupe de cinq jeunes filles amies à la vie à la mort que tu suivras principalement 600 pages durant: Taja, Nessi, Stinke, Schnappi et Rute.

Tu aimerais bien te passer de rencontrer Ragnar, dealer avec lequel on ne déconne pas et que les filles vont malencontrueusement rendre très très colère. Tu aimerais bien, les filles aussi. Dommage, c’est rapé. Idem pour son fils, le brute Darian, tout en muscles et en colère, qui n’attend que d’ impressionner son pôpa. Courser les filles avec son paternel et un gros flingue à travers l’Allemagne et jusqu’en Suède semble une bonne idée pour passer du temps qualitatif en famille, qu’en penses tu?

Tu vas surtout rencontrer le Voyageur. Et là, tu ne rigoles plus… Parce que si tu aimes les personnages de psychopathes, tu t’apprêtes à le classer dans ton top 3.

Tu te doutes bien que tous ces joyeux drilles vont finir par se croiser à un moment donné.

Tu commences à être interessé(e).

Tu aimerais bien en savoir plus.

Tu peux toujours te brosser…

 

Tu es peut-être interessé(e), mais vu le nombre de romans dont on te dit en cette période de rentrée littéraire/pré-noël qu’il faut ab-so-lu-ment que tu lises, tu trouves cela un peu court. Il va falloir faire un effort et te faire vraiment saliver.

 

Tu aimes les thrillers qui sont non seulement flippants mais en plus très bien écrits? Tu as lu Sorry, premier opus de Zoran Drvenkar, où de temps à autre, certains chapitres étaient écrits à la seconde personne du singulier, ce qui mettait un chouïa mal à l’aise mais était diablement efficace? Oui? Alors te convaincre devrait être facile. Non? Alors dis toi que comme cet article pourrait déjà te le laisser lourdement penser, l’intégralité de ce nouveau roman est écrit en « Tu », ce qui met franchement mal à l’aise et est plus que diablement efficace…

 

Il faudrait te parler des intrigues qui se mélangent admirablement, des personnages tous excessivement bien écrits, de la structure où chaque chapitre porte le nom d’un des personnages et s’adresse directement à lui pour commenter ses actes, mais il faut si peu te déflorer l’histoire que tu ne me feras pas céder: nous en reparlerons quand tu l’auras lu.

 

Quand tu auras refermé la dernière page de Toi, et que tu te seras fait couper le souffle et les jambes par ce dernier chapitre plus que grandiose, nous pourrons parler du Voyageur. Il y aura sans doute beaucoup à dire, car le Voyageur n’est pas n’importe qui. Quand tu auras fait sa connaissance, dès le tout premier chapitre du livre en fait, tu sentiras vaguement une grande vague de froid plomber ton âme et tu monteras le chauffage dans ton appartement déjà surchauffé.

 

Nous discuterons également de Zoran, l’auteur de ce roman. De son style, de son intelligence, de sa connaissance de son lectorat. Car la grande intelligence de ce roman est de s’adresser à des gens comme moi et comme toi, qui nous bouffons des Experts et des polars depuis des années, et qui avons appris à reconnaître un serial killer comme tout bon profiler du fbi. Toi et moi, nous connaissons tout des techniques de narration d’une enquête criminelle, nous attendons forcément les faux coupables, les chausse-trappes et les fausses pistes, et nous avons appris à les reconnaître à trois kilomètres à la ronde. Zoran te connaît, et sait comment tu lis, à l’affut de l’incohérence et de la fausse-piste foireuse. Alors il t’a concocté un petit roman où tu es constamment surpris et où tu ne peux décemment pas te vanter à la fin que tu avais tout compris à l’avance.

 

Il te tend des personnages sur des plateaux d’argent, où tout ce que tu crois connaître ou comprendre d’eux te renvoient à ton inexpérience flagrante en la matière. D’où ton léger sentiment de stress de plus en plus fort à la lecture du livre.

 

C’est pour cette raison que le Voyageur risque de te coller quelques gentils cauchemards, mais chut, je te laisse le soin de partir tranquille à sa rencontre…

 

Pour qui?

Pour Toi!

 

index.jpg

 Cette lecture rentre dans le cadre du

Challenge Le Tour du monde en 8 ans

Pays: La Croatie

 

Bonnes lectures à tous et toutes,

 

Moi.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *